Dans le même numéro

L’autre mondialisation de l’édition

Avec l’internationalisation de quelques grandes maisons d’édition, le livre est entré dans l’économie des grands chiffres. Pourtant, la rencontre et la découverte de la création à travers le monde peuvent aussi passer par un travail plus artisanal, et non moins économique, d’échange entre petites structures, comme le montrent les initiatives présentées ici.

C’était il y a quatre ans. Le groupe Matra-Hachette de Jean-Luc – puis Arnaud – Lagardère, avait le projet de racheter le pôle « édition de livres » d’un autre grand groupe international, « Vivendi » de Jean-Marie Messier, démantelé pour avoir trop joué au monopoly de la financiarisation de l’économie1. Finalement, après une intervention des institutions européennes2, c’est le fonds d’investissement « Wendel » d’Ernest-Antoine Seillière, qui récupérera la plus grande partie de Vivendi Publishing3. Plus récemment, le même groupe « Hachette », celui de monsieur Lagardère, annonçait qu’il prenait des positions importantes dans l’édition de livres aux États-Unis.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !