Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Sous les cartes, les habitants. La diversité du vote des périurbains en 2012

La diversité du vote des périurbains en 2012

La lecture « spatiale » du vote en faveur du Front national a eu tendance à assimiler périurbain et populisme, et a fait le bonheur des médias. Or, une telle approche tend à stigmatiser des populations en raison de leur mode de vie, au risque de faire équivaloir choix résidentiels et choix électoraux, en disqualifiant ainsi un outil – la carte – qui peut pourtant apporter beaucoup – mais pas tout – à l’analyse politique.

Le traitement journalistique de la campagne présidentielle de 2007 avait mis les « banlieues » sur le devant de la scène médiatique, en présentant la participation électorale de leurs habitants comme une chance d’intégration politique sur un mode consensuel et légitimiste, deux ans après les « émeutes » de 20051. À l’occasion du cycle électoral de 2012, ce sont cette fois les espaces périurbains qui ont été placés sous le feu des projecteurs avec une équation simple : les espaces périurbains, où se concentrent les classes populaires réfugiées et/ou reléguées dans leurs pavillons loin des villes, sont devenus le principal bastion du vote pour le Front national. En revenant sur les recherches universitaires et leurs récept

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !