Dans le même numéro

Sports d'élite et dopage de masse (entretien)

août/sept. 2010

#Divers

Malgré l’aura qui protège encore les grands champions, la banalisation du recours aux produits dopants, avec la diversification des produits, touche désormais directement les niveaux amateurs. Le dopage devient donc une question de santé publique, dont l’ancien président du conseil de prévention et de lutte contre le dopage détaille ici les enjeux. Quels acteurs sont vraiment engagés dans cette lutte, au-delà des déclarations de principe ?

Esprit – Comment définiriez-vous le dopage ?

Marc Sanson – Le dopage est une réalité difficile à cerner. Sa définition fait d’ailleurs encore débat. Globalement, elle désigne l’ensemble des substances et des procédés qui permettent d’améliorer ses aptitudes naturelles. Je m’en tiendrai, pour ma part, à la définition plus étroite établie en 2004 par le code mondial antidopage, selon laquelle une substance est considérée comme dopante si elle remplit au moins deux des trois critères suivants : si elle permet d’augmenter ses performances, si elle est nuisible à la santé ou si elle a des effets contraires à l’éthique du sport. Suivant cette définition, l’agence mondiale antidopage édi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !