Notes de lecture

ÉCONOME DE L’IMMATÉRIEL ET PSYCHOPOUVOIR

mai 2008

#Divers

Depuis ses premiers travaux au milieu des années 1990 sur la Technique et le temps, Bernard Stiegler avance sur plusieurs fronts : l’analyse des caractéristiques de l’époque postindustrielle et la misère symbolique qui les accompagne. Pour ce faire, il n’hésite pas à proposer des réflexions généalogiques et anthropologi­ques permettant d’observer notre histoire au long cours. C’est pourquoi, ce livre d’entretiens est une invitation à relire Max Weber et à comprendre le passage d’un monde où l’otium est l’espace même de la culture à un monde du negotium où la culture devient une industrie et l’objet d’un capitalisme qui joue sur la consommation plus qu’il ne mise sur la production. « Dans la période précapitaliste, dans l’Occident monothéiste, le crédit est religieux : tous les pouvoirs sont fondés sur un crédit religieux qui pose en principe qu’il y a une sphère transcendante qui ne peut faire l’objet de calculs. Or la sphère de la production est la sphère du calcul : c’est la sphère de ce que les Romains appellent le negotium, ce qui est de l’ordre du calcul. Le negotium (la calculable, les transactions, les marchés) est le contraire de la skholé
Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Mille et une nuits, 2008
144 p. 17 €