Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

DE HARLEM À TÉHÉRAN.

Cinquante ans de journalisme

juin 2006

#Divers

Les lecteurs d’Esprit se souviennent des reportages de Georges Baguet qui suscitaient à l’occasion des discussions au sein de la rédaction, la plupart du temps à propos du recours à la violence. S’il rappelle en exergue de cet ouvrage qui rassemble la plupart de ses textes d’enquête et de reportage le merveilleux texte d’Albert Londres (« J’étais sur le quai de la gare, à Dakar. – Combien de caisses ? Dix ? Vingt ? Trente ? Quarante ? Je dois le savoir pour le nombre des fourgons. – Moi, dis-je, j’ai une valise. – Une valise ? Où allez-vous ? – Partout ! »), Georges Baguet y a privilégié au fil des voyages les États-Unis, l’Allemagne, l’Irlande, le Liban, pays auxquels il est particulièrement attaché et auxquels il a pu consacrer des essais ou des romans. Mais ce beau livre d’une vie qui nous conduit du Québec et des États-Unis (où le passionne la question noire) aux « tiers-mondes » (Algérie, Irak, Liban, Iran, Afrique noire, Égypte, Pondichéry) et à l’Irlande offre aussi des textes inattendus sur la France. Dans son pays l’auteur vagabonde aussi entre, ce qui est bien sa manière, Ménilmontant, les gâteaux de l’Aïd et Vaux-le-Vicomte (« là où le temps du théâtre s’empare du temps vécu »). Baguet, un vagabond heureux et actif, voire activiste… Baguet, l’un de ces journalistes dont le terrain fut l’école.
O. M.
L’Harmattan, 2006
376 p. 27 €