Dans le même numéro

Un temps pour vieillir

janvier 2008

#Divers

Peut-on accepter de vieillir ? Dans cette réflexion personnelle, l’auteur entend par là choisir de bien vieillir et considérer que la vieillesse est un temps où la vie s’enrichit. Au temps de la vieillesse, l’apparence ne suffit plus, tout est dépouillé, mis à nu, car on revient à l’essentiel.

Bien vieillir, le souci de toute personne âgée, est aussi le mien. Comment vieillir bien ? Interrogé, le gérontologue répond par une autre question : « Avez-vous des projets ? » Les projets tracent un emploi du temps, dessinent un futur, obligent à regarder devant. Assurément avoir des projets, c’est tenir des armes contre le vieillissement, une défense contre les outrages du grand âge. Pourtant, il me semble qu’un autre projet qui ne mordrait pas sur le futur, mais se tiendrait tout entier dans le présent, est à ma portée : vivre ma vieillesse, ne pas la subir, encore moins la laisser se passer. La vivre. Il y a eu l’enfance, puis la jeunesse, puis la maturité, voici la vieillesse. « Il y a un temps pour tout et pour toutes choses » dit l’Ecclésiaste.

Pour Cicéron, la vieillesse est le « dernier acte de la vie 

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Georges Baguet

Georges Baguet, né en 1922 à Paris et mort le 29 mars 2015, fut journaliste, voyageur, écrivain, photographe mais avant tout observateur de l’homme pris dans l’histoire et ses tourments. Il écrivait ainsi : « ll faut garder un contact physique avec les pauvres : ceux qui souffrent à cause de l’Histoire ont un juste sens de l’Histoire ». Comme en témoignent ses photographies autant que ses textes,…

Dans le même numéro

La promotion de la démocratie et ses impasses
L'universalisme démocratique : pour une confrontation des modèles
Le 2 décembre de Vladimir Poutine