Notes de lecture

Dans le même numéro

Ninfa dolorosa de Georges Didi-Huberman

juil./août 2019

#Divers

Insidieuse, envahissante, la guerre des images neutralise toute réaction critique de notre part jusqu’aux images de guerre, sans bruit et sans odeur. Comment ne pas subir leur bombardement quotidien, leur surgissement aussi brutal qu’éphémère ? Voyeurisme indigne, complaisance compassionnelle, banalisation cynique : comment rompre le silence assourdissant pour dire le malaise de voir, encore ? Comment tenir et penser, malgré tout, «devant l’image[1]» ? C’est le travail patient, ferme, puissant, que Georges Didi-Huberman condense dans ce dernier ouvrage, à partir d’une image issue du photojournalisme.

Dix femmes veillaient le corps de Nasimi Elhani ce 29 janvier 1990, dans un village du Kosovo. La pièce est étroite, l’hiver glacial, la pénombre embuée. Couvre-feu oblige, le photo­journaliste Georges Mérillon ne dispose que de cinq minutes pour photographier la scène, après le départ de la petite équipe de télévision qui l’accompagnait. C’est l’une de ces images que déplie et pense Didi-­Huberman dans Ninfa dolorosa. La mère se désigne d’elle-même, parmi les pleureuses, cri béant et buste renversé de douleur. Autour d’el

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Essai sur la mémoire d’un geste, Gallimard, 2019
352 p. 29 €

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?