Notes de lecture

Edward Saïd. Le roman de sa pensée de Dominique Eddé

février 2018

#Divers

Si le roman est l’expression de la subjectivité, le titre est bien trouvé. Il aurait été plus juste encore si Dominique Eddé avait mis « de nos subjectivités », car la sienne est aussi omniprésente. Il ne faut donc pas attendre de ce livre une biographie suivie, systématiquement documentée et exécutée, de l’auteur du grand livre sur une invention occidentale douteuse : l’orientalisme[1]. Il s’agit plutôt de la rencontre, intellectuelle et amoureuse, entre l’universitaire palestinien et l’écrivaine libanaise. Rencontre passionnelle, faudrait-il dire, en incluant dans cette passion la discussion de l’œuvre de Saïd, considérable (une partie importante n’est pas traduite, dont le tout premier livre, sur Joseph Conrad, essentiel, selon Eddé, pour comprendre Saïd). C’est un exercice un peu étrange qui est proposé, une analyse de l’homme et de l’œuvre où la psychanalyse n’est pas absente, où l’admiration constante va de pair avec une forme de cruauté qui exhume, sinon leurs faiblesses ou leurs limites, du moins leurs contradictions. La forme est celle d’une remémoration de moments vécus, heureux ou moins heureux, de dialogues, de discussions, de désaccords. « J’aurai recours à ceux de nos échanges et de mes souvenirs qui éclairent d’une manière ou d’une autre son œuvre et sa vie. » Parmi les multiples informations qui sont ainsi livrées, retenons en particulier les nombreux retours sur la « question arabe », les rapports avec Israël et les Juifs et l’amitié avec Daniel Barenboïm.

Jean-Louis Schlegel

 

[1] - Edward W. Saïd, l’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, traduit par Catherine Malamoud et Claude Wauthier, Paris, Seuil, 1980 (rééd. 2003).

La Fabrique, 2017
227 p. 15 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur.   Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle...