Notes de lecture

Dans le même numéro

La Religion des faibles. Ce que le djihadisme dit de nous, de Jean Birnbaum

décembre 2018

#Divers

Al-Qaïda, Daesh et les massacres effroyables du djihadisme ont déjà fait, aux yeux de beaucoup, de l’islam (et pas seulement de l’islamisme) le danger majeur contre l’identité de l’Occident. Mais que disent-ils de « nous », Occidentaux ? Dans ce livre qui prolonge Un silence religieux (Seuil, 2016), Jean Birnbaum estime qu’ils mettent le doigt sur nos faiblesses, nos lâchetés, notre vie de repus (des plaisirs matériels et spirituels, et surtout de nos libertés multiples) qui croient que tout nous est dû et que nous ne sommes comptables de rien. Le livre s’adresse une fois encore à la gauche, comme une sorte d’invite au courage pour défendre son héritage d’universalité, à devenir moins paralysée par le passé colonial et plus lucide sur le présent de l’islam, contre des royaumes et des républiques qui les utilisent à des fins peu vertueuses. Et aussi contre des discours, « chez nous », qui accablent notre universalisme européen et dénoncent les travaux sur les sociétés islamiques comme un orientalisme déplacé et arrogant. Birnbaum analyse avec acuité, et de manière subtile, des épisodes anciens et récents qui accusent nos démissions (je retiens particulièrement, dans la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Seuil, 2018
2 p. 19 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur.   Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle...

Dans le même numéro

Fausses nouvelles, désinformation, théories du complot : les vérités sont bien fragiles à l’ère de la post-vérité. Les manipulations de l’information prospèrent dans un contexte de défiance envers les élites, de profusion désordonnée d’informations, d’affirmations identitaires et de puissance des plateformes numériques. Quelles sont les conséquences politiques de ce régime d’indifférence à la vérité ? Constitue-t-il une menace pour la démocratie ? Peut-on y répondre ? A lire aussi dans ce numéro : un dossier autour d’Achille Mbembe explorent la fabrication de « déchets d’hommes » aux frontières de l’Europe, des repères philosophiques pour une société post-carbone, une analyse de ce masque le consentement dans l’affaire Anna Stubblefield et des recensions de l’actualité politique, culturelle et éditoriale.

 

Pour aller plus loin, découvrez une sélection d'articles publiés dans Esprit depuis 1949 sur les liens entre Vérité et politique