Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

S’ACHETER UNE VIE

novembre 2008

#Divers

Qu’est-ce que la société de consommation ? Un « système des objets » qui, comme l’affirmaient dans les années 1970 Georges Perec et Jean Baudrillard, était un facteur d’aliénation des sujets. Mais l’individu n’était pas considéré alors comme un objet de consommation parmi d’autres parce que le sujet consommateur n’était pas un objet consommable à merci glissant d’un objet à l’autre. Aujourd’hui, avec la société des écrans, le commerce en ligne et le net, le sujet est mobile, fluctuant, rapide, un hyperconsommateur qui individualise toujours plus ses objets de consommation, et se présente selon des facettes multiples. Ce qui fait de lui un objet à consommer par une culture consumériste qui adore les objets protéiformes qui s’inventent sans cesse. « Si l’on voulait compléter la nouvelle version populaire du cogito de Descartes, “j’achète, donc je suis…”, il faudrait ajouter “… un sujet”. » L’individu qui s’achète n’est pas un objet parmi d’autres car son parcours de consommateur raconte l’histoire d’une vie qui s’achète au fil de ses consommations. Telle est la substance de la réflexion de Zygmunt Bauman, ici proche de celle de Richard Sennett, qui poursuit ainsi son travail au long cours sur le « présent liquide ». Mais cet individu dont la consommation raconte les identités multiples et les ressorts carnavalesques se déprend du même coup de toute forme d’altérité et de socialisation où l’autre n’est pas un prolongement de soi. « L’Autre est désarmé et désintoxiqué. L’internaute le réduit à ce qui compte vraiment : au statut d’instrument de sa propre approbation. La fâcheuse nécessité de devoir admettre l’autonomie et l’originalité de l’Autre, et celle d’approuver la prétention de l’Autre à une identité propre, sont éliminées. » L’individu consommateur multiplie des identités qui le rendent « flottant » au point de « liquider » tout simplement l’autre puisqu’il peut revêtir toutes les identités à la fois et se prendre pour tous les autres possibles. Du moins est-ce l’illusion, mais une illusion qui donne du plaisir tant que l’individu croit se raconter une vie à travers ce qu’il consomme !

O. M.

Jacqueline Chambon, 2008
208 p. 23,80 €