Rembrandt, Aristote contemplant le buste d’Homère (1653, Metropolitan Museum, New York)
Flux d'actualités

Aristote contemplant le buste d’Homère

juillet 2021

La peinture de Rembrandt témoigne d'une attention particulièrement soutenue de l'artiste aux mutations culturelles, scientifiques ou philosophiques de son époque. Ainsi de son Aristote contemplant le buste d'Homère qui, tout en privilégiant un modèle antique, se fait l'écho des débats traversant la physique moderne.

« Vivre avec un inconnu devant soi1 »

En 1653, Rembrandt réalise un portrait d’Aristote contemplant le buste d’Homère (Metropolitan Museum, New York). Le commanditaire italien, Ruffo, entend faire coup double pour valoriser sa collection : une référence antique du meilleur aloi et la signature hollandaise la plus convoitée du moment. Rembrandt, lui aussi, sait ce qu’il veut et ce qu’il vaut. La commande tombe à pic : il est au bord de la faillite. Il négocie quatre fois le prix d’un peintre italien pour s’exécuter. Au-delà du contrat dûment rempli, Rembrandt s’empare du sujet pour lui intimer le silence et mettre à distance son regardeur. La surface grumeleuse, la texture épaissie, le trait à peine dessiné frisent eux aussi l’insolence. Le portrait d’Aristote fait donc son effet, mais pas l’unanimité. Ruffo lui-même s’en reconnaît perplexe. Quatre siècles plus tard, d’où qu’on la regarde, l’œuvre continue de surprendre. C’est le moment ou jamais de la dépayser et de lui inventer un ré-accrochage virtuel.

Dans son format carré, Aristote campe à mi-corps, main sur la hanche, comme un seigneur. Une longue chaîne d’or rutile sur le plastron noir. Les manches sont gonflées d’orgueil. Quitte à devoir imaginer son modèle, Rembrandt lui a associé un aîné de quatre cents ans, Homère. Féru d’Antiquité, Rembrandt s’est servi d’une réplique d’un buste du poète de sa propre collection. Mais

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…