Flux d'actualités

La rébellion de la chair

A propos du Festival Montpellier Danse 2017

juin 2017

#Divers

En 1959, Hijikata Tatsumi, fondateur du butô, réalise une performance extrême, l’accouplement d’un jeune homme avec un poulet, qu’il égorge entre ses jambes. Il avait pour habitude de demander à ses élèves : « Vous ne croyez pas que si vous vivez en ne faisant que des mouvements domestiqués vous allez au devant de sérieux problèmes ? » Sa danse brute, agressive et cruelle est composée de mouvements qui ne sont ni un vocabulaire chorégraphique, ni des gestes quotidiens. Il définit le butô comme « la danse d’un cadavre cherchant désespérément à se tenir debout dans les ténèbres de l’existence[1]. » A l’heure où les corps « domestiqués » courent après un idéal de « vie saine » et où la danse contemporaine semble elle-même tentée par un retour au corps glorieux et aux codes du ballet, l’édition 2017 du Festival Montpellier Danse[2] vient déranger notre perception de la danse avec des pièces étranges et fortes de Marcelo Evelin, Sharon Eyal et Marie Chouinard. La question posée par Hijikata de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !