Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

Une autre cohabitation. Essai de politique-fiction

avril 2017

#Divers

Un exercice de politique-fiction fondé sur la projection d’une victoire d’Emmanuel Macron à la présidence de la République et concurremment de celle du parti Les Républicains (LR) ou du Parti socialiste (PS) à l’Assemblée nationale nous interroge sur le sens de la cohabitation politique qui en découlerait. Celle-ci se définit comme la coexistence institutionnelle entre un Président de la République et une majorité parlementaire antagoniste. Si cette situation avait été implicitement rejetée par le Général De Gaulle dans sa conférence de presse du 31 janvier 1964 où il balayait l’hypothèse d’une dyarchie au sommet de l’État, Valérie Giscard d’Estaing l’avait un temps envisagée avant qu’elle ne s’impose concrètement sous la Présidence de François Mitterrand à deux reprises (1986-1988 et 1993-1995), puis sous celle de Jacques Chirac entre 1997 et 2002.

La cohabitation se comprend surtout à partir de la violente bipolarisation de la vie politique sur laquelle se fonde originairement la Ve République. Les dispositions de la Constitution du 4 octobre 1958 et son mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours favorisent une structuration binaire autour de la confrontation entre deux blocs, la majorité et l’opposition, représentés jusqu’ici par les deux principaux partis et leurs alliés. L’habitude a donc été prise de caractériser le régime de la Ve République par l’idée de fait majoritaire, c’est-à-dire par l’e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !