Dans le même numéro

La philosophie de la reconnaissance : une critique sociale. (Entretien)

entretien avec

Axel Honneth

juillet 2008

#Divers

Le philosophe allemand précise ici la manière dont son travail s’inscrit dans la continuité de l’École de Francfort dont il est issu et dans un dialogue avec le travail de Jürgen Habermas. Il explique aussi pourquoi une théorie de la justice, comme celle de John Rawls, lui semble insuffisante pour élaborer une analyse critique de nos sociétés.

Esprit – Dans votre livre, la Lutte pour la reconnaissance1, vous montrez que la critique de la société ne peut s’élaborer qu’à travers une analyse des pratiques sociales concrètes. Le concept de « reconnaissance » permet justement de reconstituer les exigences normatives à l’œuvre dans l’expérience, que ce soit dans la sphère de l’amour, celle du droit ou celle de la société. À chacun de ces niveaux, les conflits ne se réduisent pas à une lutte pour la survie, mais font intervenir des concepts tels que le « respect » ou l’« estime » qui apparaissent comme autant de conditions symboliques nécessaires à la vie sociale. Ce souci de concrétude est-il à la source d’une certaine méfiance à l’encontre des principes abstraits du libéralisme ? Peut-on faire droit aux désirs de reconnaissance tout en maintenant l’e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !