Dans le même numéro

Le roman et la mémoire difficile de la guerre d'Algérie. À propos de Laurent Mauvignier (Des hommes) et d'Annelise Roux (la Solitude de la fleur blanche)

octobre 2010

#Divers

À propos de Laurent Mauvignier (Des hommes) et d’Annelise Roux (la Solitude de la fleur blanche)

Le silence entourant la guerre d’Algérie a aussi touché le roman français. Laurent Mauvignier explore précisément le mutisme des anciens d’Algérie mais aussi la remontée brutale de la mémoire, les cassures familiales et le doute instillé par la guerre : les jeunes appelés sont-ils restés des hommes ? En parallèle, le texte d’Annelise Roux offre le point de vue de ces « pieds-noirs » qui ne pouvaient plus trouver leur place sur aucune des deux rives de la Méditerranée.

Un seul territoire est au centre de ces deux ouvrages : l’Algérie en guerre et au sortir de la guerre. Les personnages y expriment leur malaise d’avoir été pris dans ces années de conflits entre deux nations. Cette Algérie suscite en chacun des conflits intérieurs sourds mais jamais éteints.

Laurent Mauvignier livre, dans une écriture forte et sensible, l’histoire d’une déchirure jamais refermée d’appelés du contingent. Annelise Roux exprime le mal-être de ceux qui, nés de l’autre côt

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !