L’Express, 29 décembre 1955, pp. 8-9.
Dans le même numéro

Guerre d'Algérie, une odyssée de la mémoire

Revenir sur les périodes sombres de son passé n’est pas chose aisée pour un pays, c’est pourtant ce à quoi s’est résolu Emmanuel Macron, né 15 ans après la fin de la guerre d’Algérie, en reconnaissant la responsabilité de l’État dans la mort du jeune mathématicien français Maurice Audin.

C’est par une lettre remise en main propre, et non par un discours solennel (à la façon de Jacques Chirac le 16 juillet 1995[1]) que le président de la République a reconnu, le 13 septembre dernier, la responsabilité de l’État dans la mort du jeune mathématicien français Maurice Audin. Assistant à la faculté d’Alger, membre du Parti communiste algérien, il avait été arrêté dans la nuit du 11 juin 1957 par l’armée française. Filmée dans l’intimité du salon de sa veuve, Josette Audin, cette reconnaissance amorce un «travail de vérité» pour reprendre les mots du président. Mais, au-delà du sort d’un militant anticolonialiste et de l’aveu officiel d’un mensonge d’État, déjà reconnu en privé par François Hollande quatre ans auparavant, c’est le système « arrestation-détention », légalement institué avec les pouvoirs spéciaux donnés par le Parlement à l’Armée en 1956, qui est dénoncé et c’est pour tous les disparus ­d’Algérie qu’est annoncée l’ouverture des archives

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joël Hubrecht

Chargé de mission à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Membre du Comité Syrie-Europe après Alep. Auteur de Kosovo: 1981, 1989, 1999, 2001 : établir les faits, (Editions Esprit, 2000) ; Enseigner l'histoire et la prévention des génocides: peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ? (La Hachette, 2009). ...

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.