Dans le même numéro

Démocratie européenne : les raisons de la défiance. Entretien

juillet 2015

#Divers

Trop souvent, on déplore le « déficit démocratique » de l’Union européenne en disant qu’il suffirait pour le résoudre de renforcer les pouvoirs du Parlement. Or le problème est aussi celui du rôle de la Commission et de la Cour de justice. Mais dans le contexte actuel, il est compliqué d’avoir un débat serein sur ces questions sans se faire taxer d’euroscepticisme.

Esprit – Pour désigner la crise que traverse l’Union européenne, on parle souvent du « déficit démocratique européen ». Régulièrement, on évoque, parmi les pistes possibles pour remédier à ce déficit, la nécessité de renforcer les organes délibératifs de l’Union, c’est-à-dire avant tout le Parlement européen. Celui-ci gagne d’ailleurs régulièrement de nouvelles prérogatives, sans que cela permette de contrebalancer le pouvoir de la Commission et du Conseil. La forte abstention (57,46 %) aux dernières élections européennes indique en tout cas que les électeurs ne semblent pas attendre de ce renforcement institutionnel la réponse au malaise démocratique européen. Qu’en pensez-vous ?

Dieter Grimm – Plus le Parlement européen a reçu de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !