Photo : Julian Ebert
Dans le même numéro

Pourquoi une Agence régionale de la biodiversité ?

En soutenant une vie démocratique déjà riche, l’agence bretonne de la bio­diversité aura à traiter les utopies de demain dans le rapport de chacun à la nature.

Comme pour toutes les régions de France, des démarches visant la création d’une agence régionale de la biodiversité en Bretagne sont engagées. Elles devraient aboutir à la création d’un établissement public. La phase de préfiguration a rendu possibles des échanges avec l’ensemble des acteurs en région concernés. Nous pouvons espérer que cette naissance va permettre, en lien permanent avec les associations, les citoyens et les personnes engagées dans l’éducation, de renforcer les politiques publiques sur cette dimension de biodiversité, et qu’elle ne soit pas submergée par des questions d’ordre institutionnel. En effet, les actions à mener ne sont pas orientées contre certains types ­d’acteurs, qui seraient désignés comme responsables d’une dégradation de la biodiversité, mais pour l’humain d’abord, pour les relations entre humains, pour le développement économique, culturel et social, pour le respect de la nature.

La biodiversité et la nature sont et ont toujours été le point nodal du développement de l’humain. En effet, c’est par l’observation rigoureuse de la nature et de ses fonctionnements divers que l’humain a pu fonder tous ses savoirs scientifiques, y compris math&e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Bernard Gaillard

Bernard Gaillard est un professeur émérite et psychologue clinicien.

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.