Frédéric Jacques Temple en lecture à Sommières le 19 juin 2015 | Wikimédia - Ysenquin
Dans le même numéro

Frédéric Jacques Temple. Celui qui vient avec le soleil

décembre 2020

Le dernier recueil de Frédéric Jacques Temple, Par le sextant du soleil, a été publié cet été à titre posthume, quelques jours seulement après la disparition du poète. Il clôt une œuvre littéraire considérable, aux tonalités radieuses, qui exalte la puissance de la nature.

« Celui qui vient avec le soleil » : en nommant ainsi Frédéric Jacques Temple, les Indiens du Nouveau-Mexique l’ont bien reconnu. « Attention/à ne pas éteindre/en toi/le soleil » est l’ultime message du poète dans son recueil Par le sextant du soleil (Éditions Bruno Doucey, 2020) paru quelques jours après sa mort le 5 août dernier. Il allait entrer dans sa centième année et depuis longtemps, on le croyait éternel ; on aime croire qu’il le restera tant que durera le soleil. Car c’est peu dire que, autant son œuvre, sa vie, que sa personne furent façonnées par et pour le rayonnement.

Rayonnement longtemps souterrain cependant, puisque la première partie de l’activité littéraire de Frédéric Jacques Temple est surtout tissée de ses amitiés et admirations pour les écrivains et artistes. Avec Blaise Cendrars, Joseph Delteil, Richard Aldington, un peu plus tard Henry Miller et Lawrence Durrell qu’il accueille dans le Gard, ou les peintres Vincent Bioulès, Alain Clément, Arthur Secunda, il noue de longs compagnonnages. Directeur de la Radiodiffusion, puis Radiodiffusion-télévision française en Languedoc-Roussillon de 1954 à 1986 dans le sillage des ateliers de créat

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Catherine Portevin

Journaliste de profession, elle est actuellement cheffe de la rubrique livres pour Philosophie Magazine. En 2015, elle a cofondé le site Les Archives du Présent, dédié à de grands entretiens avec les penseurs et artistes contemporains.

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.