Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Redonner forme à la société. Leçons du mouvement anti-CPE. (Entretien)

mai 2006

#Divers

Les mobilisations contre le Cpe ont-elles favorisé le syndicalisme de contestation ? Pourquoi la négociation n’a-t-elle pas été possible ? Comment restaurer le dialogue social ? Le secrétaire général de la Cfdt rappelle ses priorités pour les chantiers de l’action syndicale.

Esprit – La Cfdt s’est trouvée en pointe du mouvement anti-Cpe, alors qu’elle avait dû ou voulu faire cavalier seul sur la plupart des dossiers syndicaux depuis 1995 (sécurité sociale, retraites…). Ces mobilisations ne favorisent-elles pas, même implicitement, un discours syndical de protection statutaire avec lequel votre organisation se trouve souvent en porte à faux ?

François Chérèque – Contrairement à ce qu’ont pu dire certains analystes, la position de la Cfdt est marquée par une vraie continuité. Entre la réforme des retraites et la lutte contre le Cpe, la question centrale est à nos yeux, dans un cas comme dans l’autre, celle de la solidarité entre les générations. Solidarité dans la protection sociale, avec une répartition plus équilibrée entre ceux qui contribuent et ceux qui reçoivent, avec un coup d’arrêt au report irresponsable de la dette sur les générations futures : c’était tout l’enjeu de l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !