Dans le même numéro

Après le colbertisme, quelle politique industrielle ? Dialogue

Le modèle des grands projets portés par un État opérateur, qui a si bien fonctionné entre 1945 et 1974, n’est plus d’actualité, mais il n’a jamais été remplacé. Après des années de réformes et de créations de nouveaux outils de pilotage et de stratégie, il faut cesser le saupoudrage, et faire des choix clairs.

Esprit – La question industrielle est aujourd’hui revenue sur le devant de la scène politique, comme si l’on avait parlé un peu tôt de société postindustrielle1. À cet égard, la différence entre la France et l’Allemagne est sensible. Si les Allemands ont construit un consensus global autour de la stratégie du pays, en France, cette stratégie n’est pas claire, et, qui plus est, elle s’incarne dans l’État plutôt que dans la nation tout entière. Est-il possible d’arriver à un consensus sur une stratégie économique nationale qui aille au-delà du seul État ?

Elie Cohen – Le consensus national, du moins sur le plan industriel, a existé par le passé. La question n’est donc pas s’il est possible, mais pourquoi il n’existe plus. Entre 1945 et 1974, en effet, le modèle industriel était fondé sur l’idée que la France devait trouver le ch

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

COHEN Élie

CHÉRÈQUE François

Dans le même numéro

Quel modèle pour l'Etat "à la française"?

Réinventer l'intervention dans l'économie

Les services publics, pour qui? Pourquoi?