Dans le même numéro

Démocratie de proximité ?

septembre 2017

#Divers

L’élection présidentielle de 2017 a été l’occasion d’une prise de conscience que quelque chose n’allait pas dans le système politique français, depuis trop longtemps. La presse écrite, Canard enchaîné en tête, a bien joué son rôle de contre-pouvoir : ses révélations ont servi de déclencheur et permis un grand réveil. Une exigence de moralité de la part des hommes et des femmes politiques est venue balayer toutes les vieilles pratiques jugées, dorénavant, inacceptables. Peu importe qu’elles soient légales ou non.

Il faut dire que la croissance du niveau d’éducation de la population conjuguée à la prolifération et à l’instantanéité de l’information sous les deux précédents présidents avait largement contribué à désacraliser le pouvoir dans l’esprit des Français. L’establishment a donc été durement secoué. Pour la première fois depuis le début de la Ve République en 1958, les candidats des deux principaux partis ont été écartés du pouvoir présidentiel. Un homme nouveau est apparu et il a été élu. Il ne restait plus qu’à lui donner une majorité à l’Assemblée nationale afin que soit mise en œuvre la politique pour laquelle il avait été élu.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

CRISP Rodney

Dans le même numéro

Ce dossier politique prend acte de la rupture introduite par l’élection d’Emmanuel Macron et formule certains paris sur l’avenir de la représentation politique, l’école et l’Etat de droit. La France, selon Anne-Lorraine Bujon et Antoine Garapon, peut devenir un laboratoire démocratique par le réveil de son esprit civique dans ce moment de transition. Lire aussi les pérégrinations de Montaigne en Irak et l’exception espagnole à l’âge de la régression.