Photo : JOHN TOWNER
Dans le même numéro

Intelligence des animaux : la réponse dépend de la question

Quand on prend en compte les études sur le comportement des animaux, on doit se demander, au regard des performances dont ils apparaissent capables, pourquoi nous refusons de les voir ? Il convient donc d’inverser notre interrogation. Non pas se demander si les animaux peuvent faire aussi bien que nous mais pourquoi il nous est si difficile d’accepter de reconnaître leurs facultés pour ce qu’elles sont ?

On a longtemps pensé que les perroquets ne parlaient pas. Si ce n’est, bien entendu, qu’ils parlaient « comme des perroquets », autant dire sans la condition qui consacre l’accès au langage : savoir ce qu’on dit. L’expression est à ce point familière qu’on pourrait penser qu’elle se fonde sur une réalité commune. Mais ne dit-on pas aussi que les cochons sont « sales comme des cochons » ? Pour ceux qui les connaissent un peu, les cochons semblent attacher au contraire une grande importance à leur toilette corporelle. Toutefois, ils utilisent, pour ce faire, d’autres matériaux que nous. De mauvaises réputations, relativement mal fondées, se créent, se propagent et font rumeur. Car les perroquets parlent, pour ceux qui connaissent vraiment les perroquets, il n’y a aucun doute là-dessus. Alors la question qui s’im

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !