Dans le même numéro

Le vieillissement ne fera pas exploser les dépenses de santé

juillet 2010

#Divers

Quand on observe la progression parallèle du vieillissement de la population et des dépenses de santé, on est amené à penser que l’un ne va pas sans l’autre. Pourtant, la première n’entraîne pas automatiquement la seconde, qui découle plutôt des changements techniques dans le traitement de maladies lourdes. Dès lors, il n’y a pas à considérer la vieillesse comme une charge ingérable collectivement mais plutôt une occasion d’affirmer des choix de société.

Depuis le milieu du xxe siècle, les économies développées connaissent deux grandes tendances : un formidable accroissement de la longévité et une augmentation continuelle de la part du produit intérieur brut (Pib) consacrée aux dépenses de santé. Quel est le lien entre ces deux évolutions ? Contrairement à une opinion répandue, le vieillissement ne joue qu’un rôle mineur dans la croissance des dépenses de santé. Certes, chaque individu voit ses dépenses de santé augmenter lorsqu’il vieillit. Mais les changements les plus importants sont dus au fait que les dépenses individuelles de santé augmentent dans le temps, à âge et maladie donnés. En 2009, par exemple, un homme de 50 ans affecté d’un diabète dépense beaucoup plus pour sa santé que le mêm

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !