Dans le même numéro

Au-delà de la débâcle financière, les excès du risque et de la dette

par

Esprit

novembre 2008

#Divers

De la débâcle financière que vivent les États-Unis et les pays européens, il faudrait, dans l’urgence, retenir essentiellement les leçons économiques. Mais le retour de confiance passera aussi, bien au-delà de l’institution économique, de la guerre des banques, de l’aveuglement des agences de notation et des autorités de contrôle, par la compréhension des ressorts mentaux qui sont à l’origine de ce qui se passe cet automne.

Quels sont donc ces ressorts ? Tout d’abord, les dérives des marchés financiers traduisent la volonté de repousser les risques à l’infini, c’est-à-dire de prendre des risques tout en évitant d’en supporter les conséquences. Des « risques sans risque », tel est le pari perdu d’avance de la finance qui participe d’un état d’esprit qui la déborde largement. À quoi tient ce délire qui, s’il n’a pas donné lieu par hasard à des métaphores relatives à la drogue (produits toxiques) ou au jeu (addictions), a été exacerbé par la révolution technologique et la passion du virtuel ? Si des possibles sont toujours possibles, si l’on peut repousser les échéances et imaginer des stratagèmes de plus en plus fictifs, le risque est de perdre pied, d’oublier les fondamentaux, le monde proche, l’inscrip

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !