Dans le même numéro

Comprendre le monde qui vient

janvier 2017

#Divers

On ne regrettera pas l’année 2016. Elle se referme en nous laissant ses violences, ses tragédies et ses mauvaises surprises. Qui, il y a un an, aurait anticipé le Brexit ? La destruction et les massacres d’Alep ? L’impensable élection de Donald Trump ? Les événements se sont précipités comme si l’histoire s’était brusquement accélérée.

Mais est-ce l’histoire qui s’emballe, ou plutôt les premières traites de plusieurs décennies de dérèglement que l’on nous présente en même temps ? Ne payons-nous pas la facture d’un néolibéralisme qui a tellement imprégné les esprits qu’il en a disqualifié l’idée même de volonté politique ? Le gouvernement par l’intérêt et la concurrence a trouvé dans l’islamisme, de surcroît, un complice inattendu : pour les djihadistes, la vérité ne peut être qu’extérieure au monde, dans un savoir sacré et une loi immuable ; pour les néolibéraux, la vérité serait au contraire totalement intérieure aux faits. Il faudrait chercher à la saisir par la quantification (les données, les statistiques, les algorithmes), jamais par la délibération. Ainsi se développe le rejet de toute médiation institutionnelle : les parlements, les juges, la bureaucratie européenne, l

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements