Dans le même numéro

Flottements atlantiques sur la dette

par

Esprit

août/sept. 2011

#Divers

La crise économique que nous traversons depuis 2008 mérite bien son surnom, venu des pays émergents, de « crise atlantique ». Après les excès de l’endettement privé, ce sont les dettes publiques qui, tant aux États-Unis qu’en Europe, nourrissent les tensions politiques et les fluctuations des marchés. Les marchés, qui financent les dettes, n’aiment pas l’indécision, mais une décision précipitée, comme la faillite de Lehman Brothers à la fin de l’été 2008, peut provoquer une panique sans précédent.

Aux États-Unis, le bras de fer entre républicains et démocrates autour de la dette relève du jeu de rôle dangereux mais familier : qui arrivera à faire passer l’autre pour le plus irresponsable ? La dette y cristallise un haut niveau de conflictualité politique mais dans un partage des rôles bien balisé. En Europe, des clivages profonds sont en train de s’installer, qui n’opposent pas seulement des sensibilités politiques mais des choix budgétaires nationaux et presque des modes de vie.

Les hésitations européennes sur le soutien à la Grèce ont déjà coûté cher et instillé un doute sur la solidité de l’euro. Mais une annonce

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !