Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Flux et reflux démocratiques ?

par

Esprit

mai 2011

#Divers

À travers quel prisme observe-t-on les soubresauts historiques auxquels on a donné le nom de « révoltes arabes » ? Il y a là un moment de « rêve », un terme précieux auquel a eu recours Ghassan Salamé, chercheur et ancien ministre de la Culture au Liban. Oui, c’est un rêve, c’est encore et toujours un rêve pour les acteurs de ces régions qui vont du Machrek au Maghreb. Un rêve qui a pris corps : les gens ne se regardent plus de la même manière dans les rues du Caire ou de Tunis, à Amman ou à Sanaa. Plus rien ne sera comme avant nous disent ceux qui sont les témoins de ces demandes de libertés. Et d’entendre parler d’initiatives multiples, de centres de recherche en gestation, et pas uniquement de restaurations après la révolution… Si l’événement a eu lieu, il ne se prolonge cependant pas de la même manière partout : alors que la place Tahrir demeure un magnifique symbole, le monument qui symbolisait la liberté place de la Perle à Manama a été démantelé et les forces militaires saoudiennes ont pénétré dans l’île de Bahreïn. À ce stade, il y a donc des incertitudes, des violences, des morts, des sacrifiés… Mais ils ne doivent pas voiler le mouvement de fond déclenché par la revendication de libertés démocratiques et par le refus d’inégalités croissantes indissociables de la mondialisation économique. À travers ces révoltes dont la dimension universaliste est décisive, c’est le devenir d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !