Dans le même numéro

Introduction

par

Esprit

novembre 2008

#Divers

À l’heure qu’il est, alors même que la crise affecte les Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine) du fait de la baisse rapide du prix des matières premières et du fléchissement des exportations, le débat se focalise essentiellement sur la manière de réguler les banques et de contrôler les banquiers. Au-delà des interrogations sur les hauts salaires et les parachutes dorés qui touchent en profondeur l’opinion publique, on observe que le montant des plans de sauvetage européens est passé en quelques jours de 300 milliards d’euros à 1 700 milliards d’euros, ce qui témoigne d’une mauvaise anticipation et surtout de la difficulté de rétablir un climat de confiance entre les banques et dans l’opinion de manière plus large.

Trois stratégies correspondant à autant de plans de sauvetage ont été suivies depuis l’annonce du plan Paulson aux États-Unis : une stratégie de rachat des produits toxiques (caractérisant l’attitude américaine), une stratégie de refinanciarisation et de recapitalisation des banques (choix français), et une stratégie de garantie des prêts interbancaires destinée à revigorer le marché interbancaire (choix britannique). Si ces stratégies ont donné lieu à des appréciations diverses, il est manifeste

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !