Dans le même numéro

La justice, même sans la force

février 2017

#Divers

« La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée1. » Dans le domaine des relations internationales, l’aporie pascalienne aura rarement été aussi actuelle, d’autant qu’aucune des issues suggérées par Pascal ne semble praticable. « Faire que ce qui est juste soit fort » est un projet que les politiques du fait accompli, l’impuissance de l’Onu et l’abandon apparemment assumé du multilatéralisme rendent plus illusoire que jamais. Même l’alternative supposée réaliste (« faire que ce qui est fort soit juste ») s’éloigne, à l’heure où les grandes puissances se donnent de plus en plus rarement la peine de draper leurs interventions militaires dans un discours humanitaire.

Le dénouement de la bataille d’Alep marque l’impuissance de la justice et l’injustice de la force laissée à elle seule. Non seulement parce qu’il rappelle qu’il y a toujours des « méchants », mais parce que le fait qu’il en existe de tous les côtés a servi de prétexte à l’inaction. La violence d�

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements