Dans le même numéro

La question européenne ou le dualisme des pouvoirs spirituel et politique

par

Esprit

novembre 2006

#Divers

En écho aux travaux de Paolo Prodi

Proche des éditions Il Mulino et de la revue du même nom, Paolo Prodi a enseigné pendant plusieurs décennies l’histoire moderne à l’université de Bologne, là même où son frère Romano enseignait l’économie. Issu de la génération qui sortait de la Deuxième Guerre mondiale à l’âge de l’adolescence, il lisait à l’époque Benedetto Croce et Antonio Gramsci, mais aussi Jacques Maritain et Emmanuel Mounier. Et la revue Esprit était une revue de référence, pour lui comme pour Antonio Negri, Giovanni Vattimo ou Umberto Eco. À l’époque, les questions que se posaient ces jeunes intellectuels, dans un pays où Sartre n’était pas le maître à penser, avaient une forte résonance historique et portaient déjà sur l’avenir de l’Europe :

Le modèle de vie occidentale était-il en crise et, allait-on, pressés par les nouvelles idéologies, vers une nouvelle libération de l’humanité, affranchie et devenue adulte suite aux tragédies du passé récent, ou alors, le christianisme restait-il une référence et un élément nécessaires à la renaissance de la démocratie ?

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !