Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Représenter et délibérer : le rôle de l’opposition

par

Esprit

juillet 2008

#Divers

Les hauts et les bas de l’hyperprésidence focalisent les commentaires de la politique française sur les succès ou les revers du président de la République. Ce prisme ancien, aggravé par la personnalisation actuelle du pouvoir, est cependant réducteur, y compris quand on aborde le point de vue institutionnel. La prééminence du rôle du président de la République entraîne, sans surprise, une surexposition et des relations difficiles, comme toujours, avec le Premier ministre. Il était moins prévu que le président serait confronté très rapidement à une grogne de sa majorité, qui affiche toujours plus ostensiblement son esprit frondeur.

Pourtant, si les divisions et les tensions au sein de la majorité, au sein du gouvernement, entre l’Élysée et Matignon, nourrissent le feuilleton politique, il ne faut pas perdre de vue que le véritable déséquilibre de nos institutions concerne avant tout la relation entre majorité et opposition, en particulier dans le travail législatif. Alors que l’appel à une plus grande participation des citoyens à l’expertise et à la décision tente de réhabiliter l’intérêt pour la politique, il faut rappeler que la représentation nationale joue trop peu en France son rôle d’élaboration de la loi. Le fait de garantir les droits de l’opposition apparaît donc plus urgent que l’

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !