Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Capture écran, chaîne Youtube de François Bon
Dans le même numéro

La révolution numérique de la littérature

entretien avec

François Bon

Pionnier dans l’usage des outils numériques en littérature, François Bon a créé en 1997 Tiers Livre, l’un des premiers sites Web consacrés à la littérature. Sa réflexion montre comment l’écriture littéraire a toujours su se réinventer à partir des ruptures technologiques qui lui sont contemporaines.

Pionnier dans l’usage des outils numériques en littérature, l’écrivain François Bon a créé en 1997 Tiers Livre, l’un des premiers sites web consacrés à la littérature, puis une revue en ligne (remue.net), une chaîne YouTube en 2009 et en 2015 sa propre maison d’édition, Tiers Livre Éditeur. Sa réflexion au long cours sur la manière dont le numérique change la littérature – tant sa fabrique que sa réception – rappelle aussi que la littérature s’est toujours réinventée à partir des ruptures technologiques qui lui sont contemporaines. Son ouvrage Après le livre, paru au Seuil en 2011, est accessible en version actualisée sur son site.

Le Web a donné naissance à de nouvelles formes d’écriture et de publication (les blogs d’auteurs, les fanfictions collectives, les hyperfictions…). Mais la littérature numérique reste, particulièrement en France, méconnue et dépréciée. Les mutations se poursuivent, modifiant en profondeur la place de l’écrit et ses liens avec l’image et la parole. Qu’est-ce qui se perd et qu’est-ce qui peut être gagné dans ces mutations ?

J’aime bien cette formulation : « ce qui se perd, ce qui se gagne » ; j’aurais tendance à seulement répondre : « ce qui se transforme ». Il y a des préalables : nous n’avons pas décidé de la transition qui nous embarque. Je dirais que dès 2001 (je pense notamment au colloque sur la textualité électronique au Centre Pompidou avec Roger Chartier) nous avons disposé des éléments po

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

François Bon

Écrivain et éditeur, François Bon est notamment l’auteur d’Après le livre (Seuil, 2011).

Dans le même numéro

Nos attentes à l’égard de la littérature ont changé. Autant qu’une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd’hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l’importance prise par les enjeux d’écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d’enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l’écrivain aujourd’hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.