Dans le même numéro

La régulation climatique des échanges

janv./févr. 2018

#Divers

Le commerce international reste aujourd’hui l’angle mort de l’action climatique : il est urgent de le réguler.

Les scientifiques le répètent à l’envi : la planète s’épuise de l’importance des prélèvements sur ses ressources et des pollutions de toute sorte ; la biodiversité est fortement menacée ; le changement climatique s’aggrave de manière accélérée. Pour l’équilibre présent et futur de nos sociétés, ces phénomènes réclament des décisions fortes. Plus le temps passe, plus il devient rationnel d’agir vite et fort.

Pour y parvenir, un élément manque le plus souvent dans le diagnostic : l’adaptation du mode de fonctionnement du système économique. Elle devrait pourtant s’imposer, puisque l’origine de nos problèmes est bien la mutation issue des révolutions industrielles et de la mondialisation contemporaine. Au­delà du nécessaire changement de comportement et de la priorité à donner aux investissements propres, la grande difficulté est de concevoir et de promouvoir des mécanismes économiques qui échappent à la logique du toujours­plus de biens matériels, de flux commerciaux, de temps économisé et d’argent gagné.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !