Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Introduction

janvier 2006

#Divers

Si, pendant longtemps, le soin a pu être cantonné au seul domaine médical, il n’en va plus de même aujourd’hui1. Non seulement il existe plusieurs figures du soin – soin médical, soin parental, sollicitude à l’égard des personnes fragiles – mais ces différentes figures ne sauraient être considérées indépendamment les unes des autres dans les registres circonstanciés de leurs domaines d’application. Le soin mobilise en effet une forme de relation à l’autre qui se caractérise par son extrême dissymétrie. Le soignant et le soigné ne sont pas seulement séparés par la vulnérabilité de l’un et par la compétence de l’autre. De manière plus fondamentale, c’est la relation de soin, dans l’inégalité des positions qu’elle assume, qui engendre les postures du soignant et du soigné. En ce sens, l’instauration d’une chaîne de soin implique déjà la reconnaissance d’une dette envers la fragilité, qu’elle soit d’ordre vital ou d’ordre social et la nécessité de répondre à cette fragilité. La relation de soin fait entrer le soignant et le soigné dans l’espace commun de l’hospitalité comprise comme processus de transformation de la vie elle-même en ses différents seuils de vulnérabilité. Ainsi, c’est précisément parce que le soignant peut également être conduit, du fait des circonstances, à être aussi un soigné qu’il s’avère si fructueux de parler de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Guillaume Le Blanc

Philosophe, professeur à l’université Paris-Est, il travaille sur notre rapport à la santé (Canguilhem et les normes, PUF, 1998), au soin, au corps (Courir. Méditations physiques, Paris, Flammarion, 2013), ce qui l'a conduit à s'interroger sur l'exclusion, l'invisibilité de certaines situations sociales, les situations de marginalité et d'étrangeté (Vies ordinaires, vie précaires (Seuil, 2007) ; L

Frédéric Worms

Philosophe, spécialiste de l’œuvre de Bergson (Bergson ou Les deux sens de la vie, 2004), il a aussi développé une hypothèse générale d'histoire de la philosophie (la notion de « moment ») appliquée notamment à la philosophie française du XX° siècle (La philosophie en France au XXe siècle – Moments, 2009). Il étudie également les relations vitales et morales entre les hommes, de la métaphysique à…

Dans le même numéro

Les nouvelles figures du soin