Dans le même numéro

Faire atterrir la société ouverte. Entretien

février 2017

#Divers

Suite au dossier sur « L’avenir de la gauche » publié en septembre 2016, la revue Esprit a lancé un cycle de rencontres politiques. Dans ce cadre, elle recevait, le 4 janvier 2017, Yannick Jadot, député européen et candidat à l’élection présidentielle pour Europe Écologie-Les Verts.

Dans le monde qui vient, l’écologie politique détient une responsabilité toute particulière. Le système qui se met en place avec Trump, Poutine, Erdogan et Xi Jinping soulève la question des modèles de développement. Je considère que le populisme qui s’est exprimé lors des élections américaines n’est pas une réponse des pauvres face aux inégalités : Trump est l’incarnation du parvenu ostentatoire. Le populisme s’adosse plutôt à l’abandon de toute une partie de la population, du fait des renonciations des gouvernements à se battre pour la justice sociale, contre les discriminations et contre les dégradations de l’environnement. Ce populisme, que l’on retrouve presque partout, est d’autant plus dangereux qu’il se traduit par un refus de la pluralité et de la diversité : il constitue donc une négation de la société actuelle.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !