Dans le même numéro

Peut-on encore vivre en ville ? L'exemple de Toulouse

L’exemple de Toulouse

Le mode de vie périurbain fait l’objet de nombreuses critiques, alors même que les politiques visant à le « combattre » ont échoué. Il vaudrait donc mieux organiser l’espace périurbain, sans le dévaloriser, pour repenser la ville avec ses habitants, et non contre eux. À Toulouse, par exemple, c’est le dynamisme de la métropole qui crée l’étalement urbain, qui n’est donc pas forcément négatif, mais qu’il faut aménager, en lien avec la ville centre.

Quand on se place à l’échelle du monde, on observe un double mouvement paradoxal quant au statut des villes : sur une partie de la planète, en particulier dans les pays du Sud, on fuit les campagnes pour aller se réfugier en ville, souvent au terme de migrations contraintes provoquées par la pauvreté, la famine et l’insécurité ou la guerre. Les villes continuent à attirer, agréger et concentrer de nouvelles populations qui, pour les plus récentes, s’entassent à leurs portes dans des bidonvilles ou des quartiers d’habitat « spontané », d’abord bricolés, puis qui se solidifient et s’équipent peu à peu. Elles apparaissent encore comme des lieux sinon désirables, du moins comme de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

JAILLET Marie-Christine

Dans le même numéro

Le vote protestataire, la maison individuelle et la voiture

Pourquoi devenir périurbain ? Toulouse, Lyon, Strasbourg…

La banlieue, entre rêve américain et mythe politique français

Réorganiser le territoire : le défi de la démocratie urbaine