Dans le même numéro

Respecter la nature

décembre 2015

#Divers

Notre condition présente est caractérisée à la fois par notre pouvoir technologique démesuré sur la nature et par notre impuissance à prendre des mesures face au changement climatique. Pour restaurer notre capacité d’agir, il nous faut une éthique écologique, dont la vertu principale est le respect envers la nature.

La constance et la nature troublante du changement sont des thèmes centraux de la philosophie ancienne. Dans les sciences contemporaines, on constate une oscillation similaire entre un intérêt pour les états d’équilibre et une fascination pour les sources et la constance du désordre. C’est peut-être une coïncidence que l’Amérique des années 1950 dans laquelle j’ai grandi était caractérisée à la fois par une obsession du « progrès » et par une aversion pour le changement. La nature et l’économie cherchaient leur équilibre, et la nation elle-même était sur le chemin d’une union plus parfaite. C’est en tout cas ainsi, me semble-t-il, que mes aînés voyaient les choses.

Ces constructions humaines et ces manières de voir tendent à obscurcir le fait que nous vivons dans un environnement violent, dans un univers enclin aux cataclysmes

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !