Dans le même numéro

Adieu au catholicisme en France et en Europe ? Introduction

février 2010

La chute du catholicisme européen est à la fois spectaculaire dans les chiffres et discrète comme phénomène social ressenti, vécu. Elle est paradoxale aussi : malgré la puissance de la sécularisation d’indifférence, nous ne sommes pas dans une époque non religieuse. De manière extrêmement ambiguë certes, la question religieuse et les religions passionnent encore les foules, suscitent des quêtes spirituelles, provoquent des adhésions. Ceux qu’on appelle les « fondamentalismes » ont le vent en poupe, en particulier avec ce « grand réveil » que représentent les Églises évangéliques dans le monde protestant, un mouvement plus puissant que l’islamisme. Les effervescences pentecôtistes ne s’épanouissent pas seulement au Brésil, en Afrique ou en Asie, mais aussi en Europe et en France, en particulier dans les banlieues des grandes villes. La fortune de l’« évangile de la prospérité » en Afrique ou en Amérique latine, et aussi ailleurs dans le monde, ne saurait être sous-estimée1.

Dans les pays du Sud, l’Église catholique est concurrencée par ces expansions, mais souvent, comme en Afrique ou en Asie, elle parvient à résister et même à s’affirmer. En Europ

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Epuisements, détachements et retours de l'héritage chrétien
Les origines antiromaines de la pensée de la déconstruction
Sexualité et contraception : protester ou partir ?
Le pèlerinage, une expérience contemporaine du religieux