Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Introduction

mars/avril 2016

#Divers

Qui participe aujourd’hui à un réseau Facebook fait nécessairement l’expérience de la colère, et souvent de celles que Michaël Fœssel appelle des « colères vaines », celles qui sont exclusivement dans l’auto-référence, qui ne relèvent que de la préférence personnelle et sont insensibles aux raisons et aux affects des autres, sans se croire obligées de préciser les leurs.

Sur les réseaux en question se comportent de la sorte même des individus parfaitement honorables et dignes : universitaires, professions libérales (médecins, avocats…) et intellectuelles, et même des croyants qui prêchent le pardon et l’amour du prochain.

Une part des fureurs de notre temps se déverse ainsi sur l’internet – le pire de manière souvent anonyme – pour dénoncer, voire lyncher verbalement, des « coupables » dont le seul tort est de parler, de penser, de vivre autrement. L’« intensité d’un coup de sang » devient la marque de l’« authenticité », ce juge moderne du vrai et du faux, oubliant qu’on est alors à l’inverse des colères « qui acceptent de se dire dans un langage susceptible d’être reçu par les autres » (et donc de permettre la conversation démocratique). Contrairement aux manifestations collectives dont parle

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Colères

Pour son numéro double de mars-avril, la revue consacre le dossier central à la question des colères. Coordonné par Michaël Fœssel, cet ensemble original de textes pose le diagnostic de sociétés irascibles, met les exaspérations à l’épreuve de l’écriture et se fait la chambre d’écho d’une passion pour la justice. Également au sommaire de ce numéro, un article de l’historienne Natalie Zemon Davis sur Michel de Certeau, qui reste pour le pape François « le plus grand théologien pour aujourd’hui », ainsi que nos rubriques « À plusieurs voix », « Cultures » et « Librairie ».