Dans le même numéro

La France d'hier. Récit d'un monde adolescent. Des années 1950 à Mai 68, de Jean-Pierre Le Goff

juil./août 2018

#Divers

Stock, 2018, 288 p., 21,50€

Mai 68 en France est la date symbolique d’un tournant du xxe siècle, dont on n’a pas cessé de commenter et d’analyser les causes et les conséquences politiques, sociales, culturelles… Mais que sait-on de la vie quotidienne des «simples gens» avant 1968, des classes pauvres et moyennes – employés, commerçants, artisans, ouvriers, paysans, vignerons, pêcheurs des (petites) villes et des champs – dont les enfants de la génération du baby-boom vont massivement accéder à l’enseignement supérieur dans les années 1960 et former le gros de la troupe des «soixante-huitards» ?

Dans un essai où se mêlent agréablement ego-histoire et description de la société, Jean-Pierre Le Goff, spécialiste de l’«héritage» de Mai 68, s’est collé à cet «avant», au récit des années 1950 et 1960 de son enfance et de son adolescence à ­Equeurdreville, près de Cherbourg. Fils d’un père marin pêcheur et d’une mère commerçante,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur.   Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle...

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.