Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La laïcité irritée par la visibilité des religions

mai 2011

#Divers

Après le voile à l’école, le niqab et les prières dans la rue… comment comprendre l’intensité des débats actuels autour de la laïcité, invoquée souvent dans une large ignorance des textes ? La laïcité française, construite en opposition au catholicisme, a du mal à retrouver ses marques devant un paysage religieux plus divers et mouvant, dans lequel l’islam cristallise l’attention. Elle subit elle-même un éclatement de ses références et de sa stratégie, au risque de se durcir et de se caricaturer.

Même si la plupart des Français ignore la formulation et le contenu précis de la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, la laïcité est un fait acquis dans les têtes françaises. Dans les récents débats, tout le monde en France, ou presque, rivalise de zèle : « Plus laïque que moi tu meurs. » De ce « pilier de la République » se réclament aussi ses adversaires de naguère, les catholiques, et, depuis récemment, l’extrême droite politique. Beaucoup de musulmans − dignitaires, intellectuels, simples croyants − défendent eux aussi les principes de la laïcité. Tous en vantent les avantages et les bienfaits. L’histoire du xxe siècle et ses conflits multiples semblent relever d’un passé révolu : les changements de la société et de l’Église catholique ont effacé les de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

La dynamique révolutionnaire dans les sociétés arabes

Risque naturel et crise morale au Japon

La catastrophe est-elle une politique ?