Dans le même numéro

Le nouveau débat entre monothéisme et paganisme : sortir de l'Un sans le renier, consentir au pluralisme (introduction)

Il y a dix ans, en réponse à l’enquête du numéro spécial d’Esprit intitulé Le temps des religions sans Dieu, Robert Scholtus exprimait comme suit le sens de la postmodernité :

Si la modernité a désenchanté le monde, il est probable que la postmodernité soit un désenchantement second qui achève le premier, ou mieux encore qu’elle soit le désenchantement du désenchantement lui-même. Ce qui expliquerait que dans ce paysage d’incertitude généralisée les questions religieuses puissent paradoxalement occuper une place centrale et qu’à l’enseigne du postmoderne on puisse ranger à la fois le « retour de Dieu » et la « mort de Dieu », à la fois l’allégresse un peu forcée des nouvelles religiosités et le pessimisme esthétisant du nihilisme1.

Ce diagnostic n’a rien perdu de sa justesse et de sa force. En tout cas, la partie plus sociologique de ce numéro le confirme amplement. Et pourtant, signe du changement qui affecte notre perception, l’ensemble des réflexions est significativement plus axé sur les « religions avec Die

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

L'Europe au bout de la sécularisation
La vague évangélique et pentecôtiste :
Amériques, Afrique, Asie…
Puissances de la foi, séductions du marché
Les pièges de l'Un : par-delà la foi et l'athéisme