Dans le même numéro

Démocratie, transparence et secret

avril 2019

La transparence ne prend son sens que dans la mesure où elle permet la préservation d’autres valeurs démocratiques, ce qui implique que le secret, notamment professionnel, doit être protégé. Il n’est donc pas facile de déterminer les institutions qui peuvent défendre cet équilibre précaire.

Indispensable garde-fou contre les excès des puissants, la transparence reste une notion problématique. Trop souvent envisagé comme présentant une valeur intrinsèque, l’objectif de transparence dans les activités des organismes publics et privés serait devenu l’alpha et l’oméga de toute action publique efficace et légitime. Or la valeur de la transparence n’est qu’instrumentale : elle ne prend son sens qu’en tant qu’elle permet de concourir à la préservation d’autres valeurs démo­cratiques, ce qui implique que certaines informations puissent et doivent même, parfois, être maintenues confidentielles dans l’intérêt de tous.

Plus largement, la transparence peut, si elle fait l’objet d’abus, avoir des effets délétères sur le bon fonctionnement d’un espace public ouvert et démocratique. Dans une société de réseaux où l’information devient une ressource et un enjeu de pouvoir, l’injonction à la transparence est susceptible, en nombre d’hypothèses, d’ouvrir la voie à une manipulation de l’information à des fins étrangères à l’intérêt général, voire à une confiscation du débat public.

En définiti

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Philippe Foegle

Doctorant en droit public à l’université Paris-Nanterre et coordinateur de la Maison des lanceurs d’alerte.

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.