Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Sexe, modernité et catholicisme. Les origines oubliées

février 2010

#Divers

Les autorités de l’Église défendent les positions dogmatiques sur la sexualité en soulignant la continuité du discours romain. Or, pour l’historien qui s’est plongé dans les archives, la réalité apparaît tout autre, en particulier quand on observe les interrogations pastorales du clergé tout au long du xixe siècle. Pourquoi cette histoire est-elle si méconnue et que révèle-t-elle des difficultés actuelles de l’institution ?

La gestion catholique de la sexualité reste, quarante ans après Humanae vitae, un objet d’interrogation1. Pour ne pas dire plus. Mais à quel titre intervenir dans un débat où l’actualité est suscitée, avec une périodicité irrégulière, par les crispations récurrentes de la hiérarchie et les incompréhensions concomitantes du public ? Ne serait-il pas plus commode d’imputer aux religions monothéistes globalement un conservatisme foncier en matière de sexualité et de tourner la page ? Ne serait-il pas de bonne guerre de se défendre contre des interdits et des condamnations en ce domaine, en pointant les écarts béants entre la rigueur des prescriptions et la faiblesse des prescripteurs2 ? Ne serait-il pas, finalement, plus simple de s’en tenir à l’attitu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !