Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

 Portrait d’Aimé Césaire réalisé par l’artiste Hom Nguyen, pour l’exposition Portraits de France du Musée de l’Homme à Paris en décembre 2021. / Wikimedia Commons, Homi2040
Portrait d'Aimé Césaire réalisé par l'artiste Hom Nguyen, pour l'exposition Portraits de France du Musée de l'Homme à Paris en décembre 2021. / Wikimedia Commons, Homi2040
Dans le même numéro

Le fédéralisme de Césaire

 Au fil de sa carrière politique, Aimé Cesaire tendit de plus en plus à plaider pour une conception de l'autonomie inspirée de Proudhon. Mais cette problématique n'est pas si forte au sein d'une population qui reste attachée à la France, tout en cultivant une certaine rancoeur résiduelle à son égard. Dans la pratique, il dut transiger avec la métropole en échange d'une aide économique dont l'autonomie aurait privé la Martinique.

La publication en cours des Écrits politiques1 d’Aimé Césaire offre une mine d’informations sur le parcours de celui qui fut non seulement un immense poète, mais aussi un politicien d’une longévité exceptionnelle. Il fut en effet, sans interruption, maire de Fort-de-France de 1945 à 2001 et député de la Martinique de 1945 à 1993 ! Remarquable politicien donc, mais homme politique ?

La question peut se poser, ne serait-ce que si l’on considère l’état dans lequel il a laissé son île. Serge Letchimy, le dernier président de la région Martinique, leader du parti césairiste, le Parti progressiste martiniquais (Ppm), a dépensé sans compter, recrutant par exemple du personnel supplémentaire à la région alors qu’il devait préparer la fusion avec le département, une fusion censée rationaliser, donc économiser, les moyens. Candidat malheureux en décembre 2015 à la tête de la nouvelle collectivité territoriale de Martinique (Ctm)2, il a été battu par la coalition de ses opposants, Alfred Marie-Jeanne, à la tête du Mouvement indépendantiste martiniquais (Mim), et Yan Monplaisir, chef de la droite traditionnellement légitimiste. Ce mariage de la carpe et du lapin, efficace sur le plan électoral, ne contribue pas à clarifier la politique martiniquaise, même si les « indépendantistes » ne se montre

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Herland

Michel Herland est professeur honoraire des universités. Il dirige le journal en ligne Mondes francophones. Il est notamment l’auteur des Lettres sur la justice sociale à un ami de l'humanité (Le Manuscrit, 2006) et du roman La Mutine (Andersen, 2018).

Dans le même numéro

Puissance des images

Les tensions iconoclastes sont toujours vives dans nos sociétés séculières et pleines d’images. Comment réagissons-nous face aux images de terreur ? Assistons-nous à une montée de la censure ? Peut-on encore apprendre à regarder ? Ce dossier, coordonné par Carole Desbarats, examine comment philosophes, artistes et éducateurs font face à la puissance des images.