Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Bruce Warrington via Unsplash
Photo : Bruce Warrington via Unsplash
Dans le même numéro

Le fascisme du dedans

Avec notre esthétique du corps parfait et notre refus de la mort, nous désirons toujours le fascisme. Et le migrant climatique s’annonce comme la nouvelle race maudite dans le capitalisme écocidaire. Saurons-nous redevenir mortels ?

Notre époque jette une lumière crue sur l’inclusion du fascisme dans le capitalisme, comme l’expression de sa logique mortifère. Seuls ceux qui, à chaque élection, appellent à « faire barrage » entendent faire croire que le fascisme nous arrive du dehors ; l’adoration du chef, la haine du Parlement et la fascination pour la violence seraient autant d’archaïsmes résistant encore et toujours à la modernité. Il n’est heureusement plus grand monde pour les croire, car il est maintenant flagrant que faire barrage signifie en réalité préparer le terrain.

Comme dans un mauvais rêve

Le temps passé avait pu faire croire que le fascisme avait été vaincu, mais voilà que le système est de nouveau en surrégime et qu’il lui faut trouver des ventilations. À langue abattue, on parle de déclin moral, d’empoisonnement culturel et surtout d’étrangers menaçants. On lâche la bride à toutes les polices et le techno-flicage se fait chaque jour plus raffiné. Les plus avisés donnent de la voix pour rappeler « les heures sombres de notre histoire ». Mais il y a fort à parier que cette évocation de la bête immonde, prête à surgir une fois encore, nous détourne de ce qui est en train de se passer et nous désarme. Car ce n’est probablement pas des menées d’un parti nationaliste et autoritaire que résultera le fascisme prochain, tant le capitalisme a œuvré, depuis longtemps déjà, à périmer ce type d’instrument du retour à l’ordre. L’étude du fascisme historique ne doit pas servir à iden

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Pierre Magne

Maître de conférences en philosophie à l'Ecole Polytechnique. 

Dans le même numéro

En Ukraine et en Russie, le temps de la guerre

L’invasion de l’Ukraine en février 2022 a constitué un choc immense pour l’Europe et le monde. Elle s’inscrit néanmoins dans une forme de continuité, qui a vu le régime de Poutine se faire toujours plus répressif à l’intérieur de ses frontières, et menaçant à l’extérieur, depuis au moins 2008 et l’affrontement militaire en Géorgie, l’annexion de la Crimée en 2014 marquant une nouvelle étape dans cette escalade. Constitué en urgence en réaction au déclenchement de la guerre, le dossier de ce numéro interroge ses premières conséquences. De quelles manières les sociétés ukrainienne et russe font-elles face à la guerre ? Comment résister à la vaste opération de révisionnisme historique engagée par le régime de Poutine, dont témoigne la répression de toutes les sources indépendantes d’information, mais aussi de recherche et de connaissance ? En Ukraine, sur quelles ressources la résistance peut-elle compter ? En Russie, une opposition parviendra-t-elle à se constituer, malgré la chape de plomb qui s’est abattue sur le pays ? À lire aussi dans ce numéro : la justice entre les générations, le fascisme du dedans, la politique de Lévi-Strauss, la médecine contre les robots, une autre histoire de la racialisation et la naissance de l’écoféminisme.