Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Perpignan, une ville avant le Front national?

février 2015

#Divers

Convoitée par Louis Aliot, ­vice-président du Front national, Perpignan, cinquième grande ville la plus pauvre de France, aurait pu basculer à l’extrême droite aux dernières élections municipales. Cas unique parmi les villes de plus de 100 000 habitants, le FN arrive en tête du premier tour, avant d’être battu au second par le maire sortant, Jean-Marc Pujol (Ump, « Droite forte »). Cette monographie complète très utilement des analyses nationales du vote FN. Elle montre la complexité du puzzle identitaire local (contingent important de rapatriés d’Algérie, population gitane dans le quartier le plus pauvre de France, immigration maghrébine), ­enrichie par l’invention identitaire récente du « catalanisme », lourdement instrumentalisée par les élus locaux, dans une longue tradition clientéliste. Au-delà des particularités locales, l’analyse fait ressortir la relation entre la fragmentation sociale et le vote extrême : plus le territoire est inégalitaire, plus le vote FN est élevé. Loin des analyses cherchant à isoler un profil type de l’électeur FN, cette note souligne la nature protéiforme, transclassiste du vote frontiste, qui s’installe aussi parce que la légitimité de l’offre politique locale se décompose.

M.-O. P.

Fondation Jean Jaurès, 2014
130 p. 6 €