Notes de lecture

Dans le même numéro

La Chine sous contrôle de François Bougon

juil./août 2019

#Divers

Dans cet excellent petit livre, le journaliste François Bougon (qui a été longtemps correspondant de l’Afp à Pékin avant de rejoindre Le Monde), développe la thèse selon laquelle la répression sanglante du mouvement de Tiananmen en 1989 n’était pas le prodrome d’une chute inéluctable du régime, mais au contraire la «pré­figuration» de la Chine d’aujourd’hui.

Son récit commence sur la place ­Tiananmen, «centre sacré» du pouvoir dont l’histoire est retracée à travers différents moments, des manifestations de 1919 aux défilés de Gardes rouges de 1966, puis des manifestations du 5 avril 1976, commémorant Zhou Enlai et critiquant Mao, «prélude» selon l’auteur à la tragédie de 1989. Comme en 1976, les événements de 1989 commencent par une mort, celle de Hu Yaobang, qui exacerbe les tensions entre réformateurs et conservateurs au sein du Parti. Alors que les étudiants rattachent leur mouvement à la mémoire du 4 mai 1919, le Parti cherche à les assimiler aux Gardes rouges de 1966. Pour éclairer les décisio

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Tiananmen 1989-2019, Seuil, 2019
272 p. 19 €

Sebastian Veg

Sebastian Veg est directeur d'études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Ses recherches portent sur l’histoire intellectuelle de la Chine moderne et contemporaine. Il a récemment publié Minjian: The Rise of China’s Grassroots Intellectuals (Columbia University Press, 2019). 

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?