Dans le même numéro

Porter la caméra dans la plaie. Wang Bing et le mouvement antidroitier en Chine

mai 2012

#Divers

Les films de Wang Bing ont beaucoup de succès parmi les cinéphiles. Les neuf heures d’À l’ouest des rails n’ont pas rebuté les critiques, qui ont tous acclamé ce jeune metteur en scène aujourd’hui âgé de quarante-cinq ans. C’est ce qui lui a permis de continuer à faire des films. En effet, ses œuvres ne sont pas distribuées officiellement en Chine, et ce sont des organismes étrangers, souvent français, qui les financent.

Le mouvement antidroitier

Aujourd’hui, il revient avec deux films consacrés à l’une des périodes noires de l’histoire de la République populaire, le mouvement antidroitier qui, en 1957, a frappé plus de 500 000 personnes, dont un grand nombre d’intellectuels. Ceux-ci avaient répondu à l’appel de Mao Zedong, qui avait demandé à la population d’exprimer ses griefs à l’égard du nouveau pouvoir, pour qu’il puisse améliorer son mode de gouvernement. Après un moment d’hésitation, et avec l’encouragement des autorités, les critiques avaient fusé, et nombre de citoyens avaient dénoncé la dictature du Parti dans ce qui fut appelé le « Mouvement des cent fleurs ». Le 8 juin 1957, Mao Zedong affirmait qu’une poignée de « droitiers »

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !